dimanche 16 avril 2017

Le climat, un combat pour la paix (Mémoire des Luttes)

IMG_8939.JPGClimat, international, migrations forcées, conflits armés... : ces questions sont intimement liées, et la question de l'accès aux ressources naturelles devient un enjeu géostratégique de plus en plus critique, au fur et à mesure que le climat se dérègle et que ces ressources s'épuisent. C'est le message de solidarité internationale et empreint d'écosocialisme, sur la base de la règle verte et du protectionnisme solidaire, que j'ai porté à la 3e conférence euro-méditerranéenne à Benalmadena en Espagne.

J'y avais réalisé cette petite vidéo :

(Voir aussi celle de ma camarade Sarah Legrain ici)

Et j'en ai tiré ce papier de fond sur les enjeux géostratégiques et l'aggravation des conflits liés au dérèglement climatique et à l'épuisement des ressources naturelles, pour le site Mémoire des luttes : Crise écologique : comment en sortir ?, par Corinne Morel Darleux

Du fond au service de nos idées, à diffuser si cela vous plait, plus que jamais.

benalmadena2.jpgIl faut cesser de considérer l’écologie comme relevant du seul domaine des environnementalistes. Le climat, la raréfaction des ressources naturelles, nos modes de production et de consommation d’énergie, notre usage des minerais, de l’eau et des sols, recèlent des enjeux géostratégiques puissants qui ne peuvent plus être ignorés.

Nous héritons d’une situation, à l’échelle internationale, de dette écologique. L’essor industriel, l’avènement du capitalisme puis la mondialisation des échanges ont conduit à une pression de moins en moins soutenable sur les ressources naturelles nécessaires à la production de marchandises pour assurer des retours sur le capital investi de plus en plus importants. Les pays « industrialisés », historiquement producteurs, sont devenus essentiellement consommateurs. Les productions – ainsi que les déchets, pollutions, et émissions de gaz à effet de serre induites 1 – ont été délocalisées dans d’autres pays disposant de main d’oeuvre moins chère et de législations sociales et environnementales moins contraignantes. Ces pays devenus ateliers du monde, dans des conditions de travail souvent indécentes, sont également souvent ceux qui fournissent les matières premières. Ainsi, c’est une véritable exploitation, à la fois des travailleurs et des ressources, qui s’est mise en place à l’échelle mondiale, en accentuant les inégalités à la fois entre pays du Nord et du Sud, mais aussi entre oligarchies et populations au sein même de ces pays.

Les modes de consommation des pays et individus les plus riches ont pour conséquence un prélèvement de plus en plus fort sur des ressources de plus en plus limitées. L’empreinte écologique illustre bien ces inégalités et le caractère insoutenable des consommations actuelles : la bio-capacité disponible est de 1,6 hectare global (gha) par personne. Or la ponction aux Emirats arabes unis est de 10,6 gha par habitant, elle est de 8,2 aux Etats-Unis, de 5,1 en France. Elle n’est que de 1,2 en Inde et 1,0 au Kenya. Or ce qui est consommé à un moment et un endroit donné, ne le sera pas ailleurs. Plus les ressources s’épuisent, plus les inégalités s’emballent. Et au lieu d’en organiser le juste partage, en faisant preuve de davantage de sobriété là où la surconsommation est devenue la règle, les institutions internationales - Union européenne (UE) en tête - passent des contrats pour s’assurer de l’approvisionnement qui leur assurera de n’avoir rien à changer. Et rien ne change, en effet.

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié le 21 mars dernier ses données pour l’année 2016 2. Tous les indicateurs montrent une aggravation de la situation. La température moyenne à la surface du globe est de +1,1°C au-dessus de celles constatées à l’ère pré-industrielle ; cette hausse va jusqu’à + 6,5°C dans certaines régions arctiques. La concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a dépassé le seuil symbolique des 400 ppm (partie par million). La modélisation et le travail sur des hypothèses fiables deviennent de plus en plus délicats pour les experts. Les projections sont compliquées par l’emballement climatique, phénomène par lequel le réchauffement précipite le réchauffement – par la fonte du pergélisol ou permafrost notamment, qui libère le méthane qui était piégé dans le sol, lui-même puissant gaz à effet de serre. Les scientifiques reconnaissent que nous entrons en terre inconnue. Dans plusieurs régions du monde, le réchauffement océanique modifie les routes migratoires des poissons et leurs lieux de reproduction. La répartition, sauvage ou organisée, des zones de pêche industrielle risque de produire des conflits et d’avoir des conséquences alimentaires et financières dramatiques pour les peuples pêcheurs concernés, de la Mauritanie au Chili en passant par l’Afrique du Sud. Dans l’Arctique les banquises fondent, partout le niveau des mers et océans s’élève. Le recul des côtes et littoraux provoque des déplacements de populations vers l’intérieur des terres. Le dérèglement climatique entraine des aléas de plus en plus sévères. Des lacs s’assèchent. Le désert de Gobi, en Chine, progresse de 10 000 km2 par an. Au Sahara, les éleveurs peuls du Mali et du Burkina Faso se déplacent vers le Ghana. Ce n’est que le début d’exodes majeurs. Selon les Nations unies, en 2050 les migrants environnementaux seront 200 millions.

Migrations forcées et désordres géopolitiques

Ces migrations forcées sont des facteurs de déstabilisation géopolitique importants. En Syrie, suite à la sécheresse sans précédent des années 2007-2010, on estime qu’1,5 million de réfugiés ont afflué vers les grandes villes du Sud du pays 3. Le manque de précipitations a été aggravé par les choix du gouvernement de privilégier la culture du coton, gourmande en eau, et la surexploitation des nappes phréatiques. Ces facteurs conjugués ont provoqué une chute de la production agricole, la flambée des prix et l’exode rural. La moitié de la population a souffert de faim et de malnutrition. Dans ce contexte, les premiers soulèvements contre le régime sont partis des régions agricoles les plus touchées. Dans la ville de Deera, en 2011, on comptait 200 000 migrants récemment arrivés des campagnes. Non seulement la sécheresse a déstabilisé et précipité l’insurrection en Syrie, mais le pays s’est engagé dans un cercle vicieux : le conflit lui-même a aggravé à son tour la situation en retardant l’entretien du système d’irrigation, le contrôle du barrage de Tabqa qui crée avec le lac Assad la plus grande réserve d’eau du pays est devenu un enjeu stratégique dont le bombardement risque d’entrainer des inondations catastrophiques 4, et la famine est devenue arme de guerre.

Ce lien entre accès aux ressources naturelles et conflits, ainsi que son caractère de réciprocité, a été mis en évidence par une étude publiée en 1999 5. Ses auteurs indiquent que la raréfaction des ressources, si elle est rarement une cause suffisante et immédiate de conflits violents, y contribue en revanche de manière importante lorsqu’elle est accompagnée d’autres facteurs économiques, sociaux ou ethniques. C’est une cause aggravante des conflits, et la réciproque est vraie : les conflits à leur tour détériorent l’environnement et dégradent les conditions d’accès aux ressources nécessaires à l’humanité.

La sécheresse est considérée comme le plus grand fléau à venir du monde arabe, au Proche et Moyen Orient. Elle y a déjà touché 38 millions de personnes entre 1970 et 2009. Les deux pays les plus concernés par la baisse des précipitations sont la Jordanie et la Syrie, mais en Turquie 160 000 km2 de sols cultivables sont également menacés par l’érosion et le manque d’eau. En Egypte, la moitié des terres arables sont en cours de salinisation, qui les rend impropres à la culture. L’accès à l’eau se pose aussi d’autre manière en Egypte. Dans le bassin du Nil, qui concerne dix pays et 160 millions d’habitants, la pression démographique est importante : la population augmente de 2 à 3% par an et accentue la tension autour de la ressource en eau. Celle-ci est particulièrement forte entre deux pays : l’Ethiopie, dont les plateaux fournissent 86% des eaux du Nil, et l’Egypte, dont le Nil fournit 95% des besoins en eau 6. Le réchauffement climatique va accentuer ces tensions et les enjeux de l’accès à l’eau. Celle-ci devient une ressource stratégique, comme elle l’est déjà dans les territoires occupés de Cisjordanie, où les colonies israéliennes s’implantent en priorité à proximité des puits en privant les palestiniens de l’accès à cette ressource indispensable, notamment à la paysannerie.

L’accès à la ressource devient une nouvelle forme d’impérialisme, qui pose des questions non seulement environnementales, mais aussi économiques et sociales : géostratégiques. Le poids des intérêts économiques et des lobbies pétroliers ou du BTP dans ce nouvel impérialisme est majeur. Les uns et les autres ont des intérêts particuliers à ces conflits armés qui leur permettent de s’assurer l’accès au pétrole d’une part, et à d’importants chantiers de reconstruction d’autre part. Ces intérêts à la guerre ont été singulièrement mis en lumière lors de la guerre en Irak. Si besoin était, un livre-enquête, Fuel on Fire 7, a achevé de démontrer que l’accès aux 4e réserves de brut du monde 8 avait été décisif dans l’entrée en guerre du Royaume-Uni aux côtés des Etats-Unis en 2003. La ministre du commerce, la Baronne Symons, avait en effet promis aux « majors » du pays – British Petroleum (BP), Shell, British Gas – l’accès au pétrole irakien après la chute de Saddam Hussein 9. Cette promesse a été faite dès 2002. Elle fut tenue. En 2009, BP obtint, avec le chinois CNPC, l’exploitation de Roumaila, le plus grand des champs pétroliers concédés à des compagnies étrangères, avec des réserves estimées à 17,7 milliards de barils 10.

De la crise des déchets en Tunisie ou au Liban, aux concurrences entre le gazoduc russe South Stream et l’européen Nabucco 11, ou encore la course ouverte entre le Canada et la Russie pour s’emparer des nouvelles routes commerciales ouvertes par la fonte spectaculaire de l’Arctique, on pourrait citer bien d’autres exemples établissant à quel point des questions « écologiques » se révèlent d’importants déclencheurs d’instabilité politique ou de tensions géostratégiques.

Comment en sortir ?

Face à ces enjeux, l’inaction ne sert que les intérêts guerriers et les puissances de l’argent. Les transformations à mener sont de l’ordre d’un changement en profondeur de notre modèle de société. Des mesures de transition vers la sortie du capitalisme doivent être engagées d’urgence. En voici quatre, en guise de propositions immédiates versées au débat.

La première est d’inscrire dans les constitutions d’un plus grand nombre de pays possible le principe qui consiste à ne pas prélever davantage de ressources renouvelables à la nature que ce qu’elle est capable de reconstituer en une année. C’est ce que nous appelons la « règle verte », en opposition à la règle d’or austéritaire de Bruxelles. Il s’agit d’une règle de prélèvement juste, calculée sur la base de la consommation, et non sur la production – celle-ci étant comme on l’a vu largement délocalisée. La méthode de calcul existe au niveau international, avec le « jour du dépassement global », une notion proche de l’empreinte écologique. Il s’agit du jour où l’humanité a consommé tout ce qu’elle pouvait consommer en une année sans oblitérer l’avenir. En 1971, cette date arrivait le 24 décembre. En 1981, c’était le 13 novembre. En 2000, le 25 septembre et depuis cette date n’a cessé de s’avancer plus tôt dans l’année. L’an dernier, en 2016, nous aurions dû nous mettre en apnée le 8 aout, dès le milieu de l’été.

Pour les ressources non renouvelables, l’urgence est de réduire notre dépendance aux énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz). Ces sources d’énergie fonctionnent comme une drogue dure du capitalisme ; leur surexploitation produit non seulement des conflits armés mais aussi des catastrophes comme celle de Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique. Le pétrole et ses dérivés sont omniprésents dans notre quotidien : carburants, mais aussi textiles, plastiques, engrais. Or le pic de production a déjà été atteint, selon la théorie de Marion King Hubbert, et signe la fin du pétrole accessible et bon marché. Au-delà du cercle des militants écologistes, le Pentagone puis l’armée allemande ont eux-mêmes sonné l’alarme en 2010 12. Las, la baisse du prix du baril entre 2014 et 2016 a une nouvelle fois encouragé l’inaction. Des alternatives existent pourtant pour réduire notre dépendance à ces sources d’énergie puis s’en passer, en réduisant les consommations inutiles, en développant la recherche en faveur de l’efficacité énergétique, et en développant les énergies renouvelables pour les besoins restants 13.

Troisième proposition, celle de relocaliser nos productions afin de réduire à la fois les émissions de gaz à effet de serre, l’énergie nécessaire et la pollution liées aux kilomètres parcourus par ces marchandises. Cela passe par la mise en place de mesures de protectionnisme solidaire à nos frontières, en rupture avec les traités européens qui consacrent la libre circulation des marchandises. Il est inacceptable que des produits fabriqués à l’autre bout du monde par des enfants, des travailleurs sans droits, dans des conditions de travail indignes, atterrissent sur nos étagères à bas prix, empêchant par cette concurrence déloyale le développement d’une production locale. Ce système de libre-échange oblige en outre les pays de production à servir nos consommations plutôt que de répondre aux besoins de leurs populations. Le droit à un choix de développement endogène est aussi une question élémentaire de solidarité internationale.

Enfin, il est aujourd’hui établi que les tenants du libéralisme ont un projet commun, dans l’organisation internationale de la division du travail et des capitaux. Il faut leur opposer un autre projet commun, capable de fédérer vers un autre horizon de société. Et parce que c’est à une crise du système que nous devons faire face, parce que les questions écologiques, économiques et sociales sont liées, c’est une vision systémique qui doit guider ce projet. Nous l’appelons écosocialisme, il a fait l’objet d’une présentation sous forme de Manifeste, décliné en 18 thèses 14.

Conclusion

La question climatique renouvelle la notion même d’intérêt général humain et de solidarité internationale. Disposer de ressources naturelles ne peut pas devenir une malédiction pour un pays, de même que nul lobby ne peut s’arroger le droit de vie ou de mort sur des populations au nom de l’accroissement de ses profits. Les pays et individus les plus favorisés font face aujourd’hui à un enjeu lié à leur propre survie et à un impératif de solidarité : celui d’un partage juste et équilibré des ressources à l’échelle de la planète. Cela nous impose de changer de régime, de passer d’une « dissociété » de l’ébriété à une société de la sobriété. Cela nous donne la responsabilité de faire vivre une internationale écosocialiste par la construction de nouveaux espaces de coopération face à l’inertie de l’Union européenne, entre Europe, Moyen-Orient et Méditerranée.


***

Cet article est tiré d’une intervention réalisée lors de la troisième Conférence Euro-Méditerranéenne à Benalmadena, Espagne, le 31 mars 2017.

(*) Corinne Morel Darleux est secrétaire nationale du Parti de Gauche, en charge du développement à l’international de l’écosocialisme. Elle est conseillère régionale en Auvergne Rhône Alpes. Twitter : @cmoreldarleux Blog : www.lespetitspoissontrouges.org

Notes

1 http://www.coordinationsud.org/document-ressource/les-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-et-le-commerce-mondial/

2 https://blogs.mediapart.fr/maxime-combes/blog/210317/nouveaux-records-climatiques-faudra-t-il-attendre-leffondrement-pour-reagir

3 http://wikiagri.fr/articles/la-secheresse-agricole-lune-des-causes-du-drame-syrien-/1082

4 http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/syrie-bataille-feroce-pour-la-reconquete-du-barrage-de-tabqa-27-03-2017-6801342.php

5 https://aspd.revues.org/255

6 Ibidem

7 Greg Muttitt, Fuel on Fire. Oil and Politics in Occupied Iraq, The New Press, 2011.

8 Après l’Arabie saoudite, le Venezuela et l’Iran.

9 http://petrole.blog.lemonde.fr/2011/06/14/la-guerre-dirak-etait-bien-une-guerre-du-petrole-cette-fois-cest-sur/

10 http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/exploitation-des-champs-petroliers-en-irak-bp-et-cnpc-obtiennent-roumaila-30-06-2009-565153.php

11 http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/01/18/south-stream-et-nabucco-les-deux-gazoducs-de-la-discorde-entre-union-europeenne-et-russie_1000996_3234.html

12 http://www.terraeco.net/La-Bundeswher-publie-un-rapport,12143.html

13 https://negawatt.org/scenario/primaires/fossiles

14 http://www.lespetitspoissontrouges.org/public/widget-assises/ecosocialisme_premier_manifeste_fr.pdf

mercredi 12 avril 2017

Montez le son ! Onzième compte-rendu de mandat radiophonique sur RDWA (podcast)

rdwa.jpg

A la suite de la commission permanente de la région Auvergne-Rhône-Alpes du 27 mars 2017, nous commentons les points suivants : - Le lancement de la marque "La Région du Goût" - Sécurité et Clause Molière : vidéosurveillance, brigade régionale TER et contrôle du travailleur étranger - Rapport Montagne, quand la justice s'en mêle les manœuvres sont de mises... - Qualité de l'air dans la vallée de l'Arve et mobilisation ferroutage - "Vent d'Assos" contre la politique de Wauquiez - Arrêt de subvention au PNR des Bauges, coupure du financement GRETA Viva5 de Die Et je vous (...)

Lire la suite

samedi 11 mars 2017

Réanimer la démocratie (Débat Mediapart)

IMG_8401.PNG

Voici le lien vers le débat sur Mediapart auquel je participais ce jeudi sur le thème "Réanimer la démocratie". Malheureusement les deux représentants lyonnais de LR et d'Emmanuel Macron nous ont fait faux bond au dernier moment, et nous avons donc finalement discuté avec Nathalie Perrin Gilbert avec les deux constitutionnalistes qui étaient sur le plateau du premier débat. Cela a donc beaucoup tourné autour de la question institutionnelle, qui - si elle est importante - ne doit pas faire oublier que tous ces outils de participation citoyenne ne servent pas à grand chose hélas si les (...)

Lire la suite

vendredi 10 mars 2017

Campagne présidentielle : où agir / l'unité de la gauche (Chronique Reporterre)

arton11752-0ac80.jpg

Chronique publiée sur Reporterre en deux temps, le 7 mars et le 8 mars 2017   1. L’unité de la gauche ne peut se faire que sur des principes forts On m’a fait remarquer que mes chroniques se faisaient de plus en plus poétiques et contemplatives, empreinte de nature et de paysages, de moins en moins « politiques ». C’est vrai, je l’admets. Et franchement, j’aurais préféré continuer, tant en ce moment mes merveilleux insignifiants m’aident à respirer. Mais avec l’allocution de François Fillon, ce 1er mars, convoqué en vue d’une mise en examen et qui se maintient, l’atmosphère irrespirable de (...)

Lire la suite

mercredi 22 février 2017

Montez le son ! Dixième compte-rendu de mandat radiophonique sur RDWA (podcast)

11180206-18574042.jpg

De retour pour une nouvelle année sur RDWA avec le "compte-rendu de mandat radiophonique" qui fait suite aux assemblées plénières de la région Auvergne-Rhône-Alpes - La dernière s'est tenue le 9 février 2017. Nous commentons les points suivants : - Les manifestations à répétition devant (et même dedans ?!) l'hôtel de région - Le "tout routier" face au TER - Le plan "montagne/neige/ski/canon" et l'affaire Chabert - Les travailleurs détachés, les migrants, les délinquants solidaires et la fachosphère sur les réseaux sociaux - Le SRESRI Puis nous évoquons mes (...)

Lire la suite

lundi 30 janvier 2017

Moitessier, Hamon, Mélenchon, Roc d'Enfer, écosocialisme et FNSEA : un Dimanche en Politique dense sur France 3 !

IMG_7611.PNG

Voici le "replay" de l'émission Dimanche en politique dont j'étais l'invitée sur France 3 Rhône-Alpes. Du mythe Moitessier au Roc d'Enfer, en passant par Benoit Hamon, La France Insoumise et la campagne Jlm2017, mais aussi par un débat fort intéressant sur l'agriculture biologique et la politique menée par Laurent Wauquiez à la Région, dont je vous ai déjà abondamment parlé... C'était cette fois face à un représentant de la FNSEA. Voir le papier spécial consacré à ce sujet avec un extrait vidéo : "le plaidoyer bio de Corinne Morel Darleux" Tout le détail du contenu de cette (...)

Lire la suite

mardi 24 janvier 2017

Le jour où un moineau punk m’a rendu l’émerveillement

1701chronique.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 21 janvier 2017   J’évoquais, dans ma chronique de septembre dernier, la mésange de Sylvain Tesson : « Cette mésange, mon Dieu, comme celle de cette fenêtre de cabane ouverte sur les forêts de Sibérie. Le cœur gonflé de gratitude. » C’était une tentative de mise en mots de ces « merveilleux insignifiants » qui m’avaient accompagnée tout l’été. Depuis, l’automne puis l’hiver se sont succédé. J’ai traversé des moments où dénicher ces petites parcelles de beauté s’est révélé plus ardu, comme cela arrive à chacun quand la vie se fait tourmentée, hachée, (...)

Lire la suite

jeudi 19 janvier 2017

Bourrasque et Rattrapage de début d'année

chronique1.jpg

C'est terrible comme avec les réseaux sociaux ce blog n'est plus alimenté. Une honte. Je n'ai même pas fait ma traditionnelle guirlande de Noël cette année... J'aurais pourtant pu vous y parler par exemple de ce film argentin, El Ultimo Elvis, qui m'a émue aux larmes et flanqué des frissons comme aucun film ne l'avait fait depuis Alabama Monroe. Ou d'une de mes lectures préférées de l'année, "Chez soi - Une odyssée de l'espace domestique" de Mona Chollet, ou encore ce témoignage bouleversant d'Asli Erdogan, tout juste libérée... Et côté politique, ce n'est guère mieux : j'ai toujours (...)

Lire la suite

jeudi 22 décembre 2016

Montez le son ! Neuvième compte-rendu de mandat radiophonique sur RDWA (podcast)

10814648-17866560.jpg

Voici mon dernier compte rendu de mandat radiophonique sur la radio du Diois RDWA, dans lequel je reviens sur la dernière session en Auvergne Rhône Alpes, du 16 décembre 2016, et où nous commentons les points suivants : - Le budget 2017 - Le SRDEI - Le TER - La commission Montagne - Déplacement à Cuba - Déplacement à Berlin   Corinne Morel Darleux : Rapport de l'Assemblée plénière régionale du 16 décembre 2016 Date : 20.12.16 Lieu : Studio RDWA Durée : 44'43'' Réalisation : Becky (...)

Lire la suite

lundi 19 décembre 2016

Si l’on veut que le train vive, il faut le faire savoir (Ode au rail, 3/3, Chronique Reporterre)

arton11178-f0201.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 15 décembre 2016 Troisième et dernier épisode de mon "Ode au rail" sur Reporterre. Lors de la dernière assemblée plénière du 16 décembre à la Région Auvergne Rhône-Alpes, nous n'avons fait que prolonger la Convention TER existante, les négociations sont toujours en cours, et cet appel au coup de klaxon citoyen est donc toujours d'actualité, n'hésitez pas à diffuser... Episodes précédents : Crains qu'un jour un train ne t'émeuve plus (Ode au rail, 1/3, Chronique Reporterre) L’incompréhensible obstination des décideurs politiques à tuer le rail (Ode (...)

Lire la suite

vendredi 16 décembre 2016

L’incompréhensible obstination des décideurs politiques à tuer le rail (Ode au rail, 2/3, Chronique Reporterre)

arton11067-7d868.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 1er décembre 2016 Parce que nos trains le valent bien, une chronique spéciale en trois épisodes consacrée au rail : sa dimension sensuelle et romanesque, la casse qu'en ont fait les politiciens, et enfin, dans le troisième et dernier épisode, un appel au coup de klaxon citoyen. (pour lire la première Ode au rail 1/3 "Crains qu'un jour un train ne t'émeuve plus"... c'est là) Si tout le monde aime le train, le développement du rail devrait être un sujet en or, jalousement protégé, revendiqué, instrumentalisé, même, par les politiques : ils surfent (...)

Lire la suite

jeudi 15 décembre 2016

Corinne Morel Darleux - Yannick Jadot, le débat sur Mediapart (vidéo)

J'ai été invitée par Mediapart à débattre d'écologie, et de nos programmes respectifs EELV - PG / France Insoumise, avec Yannick Jadot le candidat d'EELV à la présidentielle, le 7 décembre dernier. Il a été question d'écologie, mais aussi de décentralisation et du rôle de l'Etat, d'éducation, d'international et d'Europe. Voici la vidéo de nos échanges. (...)

Lire la suite

mercredi 14 décembre 2016

Tribune : On a testé pour vous la droite dure en Auvergne Rhône-Alpes (On ne vous recommande pas)

image_groupe_RCES_01_16.jpg

TRIBUNE des élu-es du Rassemblement RCES en Auvergne Rhône Alpes Voilà 1 an que Laurent Wauquiez est élu à la tête de la région Auvergne Rhône-Alpes. Les observateurs nationaux considèrent cette région comme un laboratoire, une terre d'expérimentation de la ligne majoritaire chez Les Républicains aujourd'hui. Cette ligne, incarnée par le candidat à la présidentielle François Fillon au niveau national, est déjà mise en oeuvre chez nous par Laurent Wauquiez. En vue de l'élection présidentielle de 2017, les 8 élu-e-s du groupe du Rassemblement (EELV / Parti de Gauche / Nouvelle Donne) veulent (...)

Lire la suite

lundi 12 décembre 2016

#DécodonsWauquiez - Episode 2 : La sécurité

Securite.jpg

Le premier épisode (à voir ici) a joliment tourné, avec des échos très positifs, voici donc un nouveau #DécodonsWauquiez avec une deuxième affiche de "La Région voit grand", cette campagne à 600.000 euros de la Région Auvergne Rhône Alpes qui méritait quelques éclaircissements. Pour ce deuxième épisode, un focus sur la sécurité selon Monsieur Wauquiez : il y est question de lycées, de trains et de gares, de policiers, de portiques, de rapports de la cour des comptes et de caméras. La droite dure, en Auvergne Rhône Alpes, on la voit bien. Si ça pouvait servir d'enseignement et de (...)

Lire la suite

mardi 29 novembre 2016

Sortir de sa zone de confort. Et regarder Cuba.

489485101

Comme le dit Janette Habel : « C’est cela qui résiste à l’analyse ; c’est un défi pour la pensée unique (...) Il y a une spécificité du système politique cubain, mal analysé par une pensée manichéenne : c’est soit, pour les uns, la Corée du Nord, soit, pour les autres, le paradis socialiste que l’Union soviétique n’a pas pu incarner. Rien de cela ne répond à la complexité de la réalité cubaine. » C'est une vraie discipline que de lutter en politique - y compris parfois contre soi-même - pour éviter le manichéisme qui sert souvent de paravent au sectarisme. C'est tellement tentant parfois. (...)

Lire la suite

samedi 26 novembre 2016

#DécodonsWauquiez - Episode 1

Economie.jpg

A force de passer devant ces nouvelles affiches de communication de la Région et de me dire que c'était quand même abusé de tordre à ce point la réalité, j'ai fini par décider de me lancer dans ce petit décryptage en vidéo. Cette série n'a pas l'ambition de révolutionner le monde, certes pas, mais au moins de remettre quelques points sur les i, et de faire entendre une autre musique, légère mais insistante - qui petit à petit, si j'en crois les messages que je reçois, trace son sillon dans des esprits de plus en plus avertis... Il y est question d'impôts, de cumul d'indemnités, du projet (...)

Lire la suite

jeudi 24 novembre 2016

Tout ce que vous préfèreriez ne pas savoir sur les dernières idées de Laurent Wauquiez (désolée)

IMG_6082.JPG

Je vous ai déjà parlé ici abondamment du nouveau "plan régional pour l'agriculture biologique" et de tout le bien que j'en pensais... Mais ce n'était hélas pas le seul sujet à l'ordre du jour de cette assemblée plénière du 17 novembre dernier. Sécurité, caméras de vidéosurveillance dans les espaces publics, gares et lycées, gratuité des trains régionaux pour les policiers armés en dehors de leurs heures de service, de nouvelles sanctions pour les bénéficiaires du RSA, des effets d'annonce en pagaille et une Région qui va se mettre à l'arrêt le temps de la campagne... Tout ce que vous (...)

Lire la suite

lundi 21 novembre 2016

Agriculture bio et paysanne : la fin des lucioles en Auvergne Rhône Alpes

AgriBioCMD.jpg

[Addendum du samedi 26 novembre : La presse nationale commence à s'intéresser de près à ce que fabrique Laurent Wauquiez en Région, et le dernier "Plan bio" semble être la goutte d'eau... Après Reporterre ou Lyon Capitale, au tour de L'Obs de tirer le signal d'alarme : Monsieur Wauquiez entendra-t-il un jour que diversité et écologie relèvent de l'intérêt général ? « Comment Wauquiez fait la chasse au bio et aux écolos » par Agathe Ranc : ebx.sh/2ggbAEo] *** Alors que les députés vont de nouveau s’exprimer cette semaine, et hélas probablement rejeter comme le Sénat vient de le faire, (...)

Lire la suite

dimanche 20 novembre 2016

Insoumise sur France 3 Auvergne dans "Dimanche en Politique"

France3NHugot.jpg

J'étais l'invitée de France 3 Auvergne dans "Dimanche en Politique" le 6 novembre dernier. Il y est question en 26 minutes de mon parcours politique, du conseil au CAC 40 à l'engagement militant, de Jack London et d'Emma Goldman, mais aussi de Laurent Wauquiez, de fichage, d'accueil des réfugiés, de RSA, de qualité de vie dans les territoires ruraux et de montagne, et d'une Auvergne Insoumise. Enjoy... Photographie : France 3 N Hugot Dimanche en politique en régions (...)

Lire la suite

samedi 12 novembre 2016

Arrestation en Turquie du journaliste Olivier Bertrand : Colère, pensées et solidarité.

Manifestation kurde - Paris, 5 novembre 2016

Depuis mon séjour à Diyarbakir au printemps je m'exprime régulièrement sur la situation en Turquie, au Rojava en Syrie et au Moyen-Orient sur les réseaux sociaux ou lors d'interventions publiques, comme cet été à Toulouse pour le remue-méninges du Parti de Gauche. Je n'ai pas toujours le temps d'en faire état ici, mais vous pouvez retrouver ces notes ici sur le rassemblement organisé par les Kurdes à Paris samedi dernier et où je suis intervenue au nom du PG, ou encore là suite à l'arrestation des députés du HDP... Et voici notre communiqué rédigé ce jour pour le Parti de Gauche, suite à (...)

Lire la suite

- page 1 de 71

Haut de page