vendredi 28 juillet 2017

L'écosocialisme irrigué par le Danube... Récit de Budapest

PanoramaBuda.jpg

Le Danube m’attira avec une force irrésistible... écrivait Panaït Istrati. Et de fait, comme il y a quatre ans, j'ai passé chaque instant de liberté à Budapest littéralement collée au fleuve. Je suis partie en Hongrie à l'invitation de la fondation Rosa-Luxemburg-Stiftung et de la Gauche européenne. Avant de m'enfermer pour deux jours je me suis autorisé le premier soir de mon arrivée une promenade nocturne dans les rues désertes d'un ancien quartier industriel, ambiance post-apocalypse. Un sentiment imposant à la fois de liberté et d'écrasement.

ParlementBuda.jpgIl y a quatre ans, j'étais déjà venue présenter notre Manifeste pour l'écosocialisme à l'université d'été des Verts d'Europe centrale et de l'Est. Depuis les choses ne se sont pas vraiment améliorées en Hongrie, et naturellement la question de l'extrême droite et de la xénophobie a été omniprésente dans nos débats. Or l'internationalisme, l'implication populaire, la justice sociale et climatique en sont les meilleurs antidotes, universels. Et c'est ce que j'ai défendu lors de ces journées d'été avec l'ecosocialisme.

Auparavant, nous avons reçu - avec ma camarade du Parti de Gauche Laurence Pache également présente, le salut de Jeremy Corbyn via son émissaire, très intéressé d'en savoir plus sur la dynamique de la France Insoumise et qui nous a longuement questionné sur la situation politique en France. De manière générale, tous les participants européens présents à Budapest se sont révélés étonnamment attentifs à ce qui se passe en France, et très durs avec Emmanuel Macron. Le député Pabel Muñoz Asambleísta d'Equateur a quant à lui rappelé - et ça fait du bien - le recul de la pauvreté réalisé sous les gouvernements bolivariens en Amérique du Sud sans oublier de souligner le problème de l'extractivisme (et ça fait du bien aussi). En insistant sur l'écosocialisme et le buen vivir, il m'a offert un très joli tremplin pour mon intervention. La Ministre du travail et de la solidarité sociale en Grèce était également présente, à la fois mal à l'aise et déterminée. Comme elle parlait elle-même d'établir un rapport de forces plus agressif sur l'Union européenne, j'en ai profité pour interpeller une nouvelle fois tout le monde sur notre Sommet du Plan B dont le prochain se tiendra à Lisbonne du 20 au 22 octobre.

EcosocBuda1.jpgEt puis je suis intervenue sur l'écosocialisme donc, et la nécessité, comme je l'ai formulée, d'"allier le rouge, le vert, et le bleu de travail", après le "compromis inédit entre bleus de travail et souci de la planète" de Jade Lindgaard dans son papier en 2012 sur la planification écologique et le très joli "le changement climatique peut être considéré comme la traduction atmosphérique de la lutte des classes" de Naomi Klein.

Tout comme je l'avais fait quelques jours plus tôt auprès des coordinateurs de Bizi en formation au pays basque, j'ai commencé par insister sur le caractère insoutenable du système capitaliste d'organisation de la production qui exerce une pression multiple : à la fois sur les matières premières, sur l'énergie - et notamment les énergies fossiles qui ne sont pas inépuisables comme on le sait, mais aussi sur la force de travail en cherchant inlassablement à réduire ses coûts afin d'augmenter la rentabilité de l'euro de capital investi - ce qui reste la définition même du capitalisme. Et non content d'exercer cette pression à la fois sur les travailleurs et sur les écosystèmes, le capitalisme exerce une ultime pression sur les esprits, à grands coups de marketing et de publicité, afin d'écouler et de vendre toute cette production. Voilà le cycle vicieux : travailler plus pour produire plus pour consommer plus... mais à quel prix ! C'est ce que l'économiste grec Yannis Eusthatopoulos appelle le modèle de "croissance économique par dégradation".

IMG_1118.JPGÀ partir de cette analyse et au vu du dérèglement climatique, mais aussi de la crise sociale, de la délocalisation, du chômage et de la précarité, j'ai insisté sur le fait que les gauches européennes ne pouvaient pas se contenter de continuer à résister : nous avons besoin de mettre sur la table un autre projet, celui d'une société post-capitaliste : l'écosocialisme. J'ai rapidement présenté le manifeste et les 18 thèses, en insistant particulièrement sur le fait que pour rendre ce projet majoritaire nous avions besoin, en plus de son caractère d'urgence, de le rendre également possible et désirable. Pour ça nous avons deux outils à notre disposition : pour combattre le fameux Tina de Margareth Thatcher et de Ronald Reagan, nous disposons de tout le travail que nous avons effectué sur le financement. Il faut rappeler encore et encore que l'argent existe, qu'il est simplement très mal réparti - ou devrais-je dire accaparé - et qu'avec une autre fiscalité notamment, nous aurions les moyens de mener cette politique écosocialiste. Dire également l'importance d'allier non seulement le rouge et le vert mais aussi le bleu de travail, et d'accélérer cette convergence entre les associations de défense de l'environnement, les syndicats et les mouvements climat, tout en s'adressant à un public plus large.

Or pour cela il ne faut pas se voiler la face : la situation étant ce qu'elle est, et que ça nous plaise ou non, nous ne convaincrons personne en parlant de long terme, d'intérêt général ou d'avenir de la planète. Le souci des gens aujourd'hui c'est de savoir comment ils vont faire à la fin du mois pour payer leur loyer, la facture d'électricité ou la cantine des mômes. Nous devons donc commencer par les sécuriser et leur répondre sur leur place dans tout ça, sur les aspects sociaux, sur un minimum de sécurité matérielle et sur la question de l'emploi. Or il se trouve que les initiatives "un million d'emplois pour le climat" nées en Angleterre se multiplient désormais un peu partout en Europe. En France, un rapport vient de sortir issu d'une plateforme d'ONG, d'associations et de syndicats qui en s'appuyant sur des sources sérieuses font la démonstration qu'un million d'emplois pourraient être créés si on s'engageait résolument dans cette transition écosocialiste.

EcosocBuda2.jpgDans le débat qui a suivi j'ai eu l'occasion également de préciser notre rapport à l'Union européenne et les cas dans lesquels nous n'hésiterons pas à y désobéir, notamment dans la mise en place de critères sociaux et environnementaux à l'importation de marchandises. A une question sur quelle serait notre premiere mesure si nous étions au pouvoir, j'ai répondu gratuité des premières tranches d'eau et d'énergie, financée par la sur-facturation des usages excessifs : une mesure écosocialiste par excellence de dignité humaine, de justice sociale et de lutte contre le gaspillage. 

Nous avons beaucoup débattu et je dois dire que je suis ravie d'avoir vu beaucoup de jeunes dans le public prendre des notes, poser des questions, demander des références, et au final désireux de se procurer le manifeste dans leur langue maternelle afin de pouvoir le diffuser dans leur pays. Et un peu fière aussi j'avoue d'avoir vu le député d'Équateur assister à l'ensemble de ma présentation... Nous avons enchainé avec de choue

ttes retrouvailles en déjeunant dans une échoppe de marché populaire avec Vincent Liegey qui construit quelque chose de très intéressant ici, dans une dynamique de faire et d'autonomie qui tient tout à la fois de la résistance, de la non coopération avec le système, et de l'alternative.

IMG_1249.JPEGEt puis, parce que la politique ne doit pas être coupée de la vie et de ses beautés, le séjour s'est prolongé en mode plus personnel avec une belle échappée buissonnière du côté des collines de Buda, des verres de rosé le regard rivé au Parlement avec une pensée pour nos députés en train de batailler, une virée en ville dans le quartier juif et surtout la visite ô combien réconfortante et enchanteresse pour les sens des Thermes de Budapest...

L'écosocialisme poursuit son chemin donc, parsemé de graines qui fleurissent, parfois d'épines aussi. Une traduction du Manifeste - la quatorzième - est en cours en Perse, en lien avec une maison d'édition en Iran, des ateliers débats sont prévus aux journées d'été de la France Insoumise à Marseille fin aout, et le Manifeste voyagera peut-être même jusqu'au Caire cet hiver. Le réseau s'étend, essaime, conquit des coeurs et des esprits, et c'est tout ce qu'il fallait pour savourer l'esprit serein enfin quelques jours de repos d'été. 

Le Manifeste et ses traductions sont disponibles en téléchargement gratuit sur ce blog ou sur celui de Jean-Luc Melenchon.

jeudi 27 juillet 2017

Éthidimuron, une aventure aqueuse

N_67548.PNG

Chronique du Diois, publiée sur Reporterre le 18 juillet : "De l'art d'être transparent en cachant tout" L’eau du robinet de notre chroniqueuse est de bonne qualité. Nonobstant la présence d’un mystérieux éthidimuron. Quid ? Elle a cherché à savoir de quoi il s’agissait, plongeant dans les méandres de la réglementation sur les produits chimiques. Résultat ? Mystère et boule de gomme. Il y a quelques jours, j'ai trouvé dans ma boite aux lettres un dépliant de l'agence régionale de santé (ARS), qui doit régulièrement effectuer un bilan de la qualité de l'eau et en informer la (...)

Lire la suite

mercredi 12 juillet 2017

Mais que se passe-t-il encore avec Laurent Wauquiez ?

Wauquiez.jpg

Alors que le FN ne cesse de courir après Monsieur Wauquiez en qui il reconnaît un pair grâce à ses multiples prises de position, de la « clause Molière » au refus d'accueil des réfugiés, en passant par la « main tendue » de Marion Maréchal le Pen, il semblerait que Monsieur Wauquiez court lui surtout après les présidences (comme nous l'avons expliqué ici à Lyonmag). Ainsi, après avoir conquis la présidence de la Région Auvergne Rhône Alpes où l'ambiance vire sérieusement de plus en plus au chaos comme le raconte dans un dossier très fouillé le journal Acteurs de l'économie, Monsieur Wauquiez (...)

Lire la suite

samedi 8 juillet 2017

La mission en Turquie ne s'est pas déroulée comme prévu. Récit

IMG_0823.JPG

C'est curieux. D'habitude quand je reviens d'un déplacement à l'international je suis emplie d'images, de parfums, de sonorités. Là rien. comme si j'avais passé ces deux jours en apnée. Je me suis envolée pour la Turquie lundi, pour assister en tant qu'observatrice au procès de Figen Yuksekdag, co-présidente du HDP, la troisième force politique du pays avec six millions d'électeurs. Détenue en garde à vue depuis son arrestation il y a huit mois, elle risque 83 ans de prison. Voir mon billet précédent. La mission ne s'est pas déroulée comme prévu. L'accès des délégations internationales a été (...)

Lire la suite

samedi 1 juillet 2017

Des députés, de l'emprisonnement et des mots. En mission d'observation internationale en Turquie

Figen.PNG

Il y a huit mois, c'était l'émoi. Toute la diplomatie occidentale réagissait fortement à l’arrestation de Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag, les deux co-présidents du HDP, troisième force politique en Turquie avec 6 millions d'électeurs. On pouvait lire trouble, inquiétude et indignation des États Unis, de l'Union européenne, de l'Allemagne et de la France. Aujourd'hui, même à creuser les tréfonds d'Internet on ne trouve aucune suite à ces réactions. Et pourtant. Détenue depuis huit mois, Figen Yüksekdag risque 83 ans de prison. Son procès va avoir lieu le 4 juillet à Ankara.  Alors après (...)

Lire la suite

jeudi 29 juin 2017

Le grand embouteillage, l'A45 et Vinci. Sauf si.

C8uKV2WXcAEqIJj.jpg

Le grand embouteillage, Paris-Bangkok, Ivan Illich, l'A45, Laurent Wauquiez, Tac-o-Tac, la forêt de Khimki, Notre Dame des Landes, les cadeaux de l'Union européenne, 8 Smics par jour et Vinci. Sauf si.   Corinne MOREL DARLEUX   Texte en pdf à télécharger en cliquant ici : A45 Vinci CorinneMD.pdf   Le grand embouteillage Chic ! C'est l'été. Et avec l'été bientôt les vacances et le retour de Bison Futé. Le grand embouteillage...1. Ça donne envie, non ? Alors certains ont eu une grande idée : nous permettre d'aller plus vite d'un bouchon à un autre. C'est l'A45, qui est en projet entre Lyon et (...)

Lire la suite

vendredi 2 juin 2017

L'écosocialisme, outil de recomposition : contribution dans les pages de L'Huma

Huma.jpg

J'ai été invitée par L'Humanité à contribuer aux pages Débats & Controverses du numéro du 1er juin sur le thème : « Sur quelles bases la gauche de transformation peut-elle se reconstruire? », voici mon texte. Je ne sais pas vous, chers amis lecteurs, mais personnellement j'observe le paysage politique en France avec un étonnement grandissant. Pour le meilleur, quand est enfin franchi le seuil que nous attendions tant, avec le beau score de 20% à la présidentielle avec JL Mélenchon et le programme de la France Insoumise. Pour le pire, quand je vois progresser les voix du FN, et l'abstention (...)

Lire la suite

mardi 30 mai 2017

Plaidoyer paysan. Chronique agricole du Diois pour Reporterre

CassetaDalle1.jpg

"L'agriculture paysanne est la voie à suivre", publiée sur Reporterre le 29 mai 2017. Photos : série inédite de l'opération "Casse ta dalle béton" menée à l'été 2016 par le Mouvement de Libération de l'Humus Diois La « gelée noire » de la fin du mois d’avril a durement frappé le vignoble du Diois, exacerbant les difficultés des paysans. Dans cette partie de la Drôme comme ailleurs en France, le métier de la terre ne permet plus de vivre décemment, déplore notre chroniqueuse. Il ne faut pas toujours se fier aux premiers signes du Printemps. Dans le Diois, martinets et (...)

Lire la suite

samedi 27 mai 2017

Center Parcs : c'est toujours non

roybon2.jpg

On a salué en juillet 2015 la décision du Tribunal Administratif de Grenoble déclarant illégal le projet de Center Parcs à Roybon dans l'Isère En avril 2016, on est montés au créneau contre le premier budget de Laurent Wauquiez à la Région, qui comportait un soutien de 4,7 millions d’euros au Center Parcs On a déposé un recours devant le Tribunal administratif en juin 2016 En décembre, rebelote : vote du deuxième budget pour 2017 avec le soutien de 4 millions d’euros au Center Parcs Alors devinez quoi : rebelote aussi, en janvier 2017 on dépose un deuxième recours. D'autant qu'entre-temps, en (...)

Lire la suite

vendredi 26 mai 2017

Ecologie, climat et pape François

Reception_LS.jpg

J'ai été invitée à l'automne dernier, en compagnie de Serge Latouche, Florence Leray, Alain Lipietz ou encore Mohammed Taleb, à intervenir dans le cadre d'un cycle de conférences organisé par la Chaire Jean Bastaire à l'Université Catholique de Lyon. J'y ai fait une lecture critique et écosocialiste de l'encyclique Laudato Si du Pape François, parue l'année de la Cop21. Aujourd'hui sort aux éditions du Cerf le recueil de nos contributions, sous la direction de Fabien Revol, disponible dans toutes les bonnes librairies (cliquer sur l'image ci à côté pour les détails). Vous pouvez également (...)

Lire la suite

mardi 23 mai 2017

Montez le son ! Douzième compte-rendu de mandat radiophonique sur RDWA (podcast)

Corinne Morel Darleux, conseillère régionale élue en Drôme, nous propose un rendez-vous régulier pour un "compte-rendu de mandat radiophonique", ici à la suite d'une commission permanente de la région Auvergne-Rhône-Alpes. La dernière s'est tenue le 18 mai 2017. Corinne Morel Darleux nous commente les points suivants : - Qui est soutenu, qui ne l'est plus ? (Espérance Banlieues, Opéra de Lyon, CIDFF, FRAB, PatiPrestige, Carte Jeunes...) - Le règlement des subventions - Un point de vigilance : les thermes de Montbrun-les-Bains - Citoyens Résistants d'Hier et d'Aujourd'hui au plateau (...)

Lire la suite

jeudi 18 mai 2017

Nouvelles (très) fraiches de l'agriculture paysanne en Région Auvergne Rhone Alpes

HaricotsVerts.jpg

Un billet écrit à la mitraillette, sans poésie. Juste de l'info brute et du ressenti. Je siège à la commission agriculture à la Région Auvergne Rhône Alpes. Je m'en fais régulièrement le relais ici. Malheureusement je dois dire qu'on y parle peu d'agriculture et surtout de tuyaux, de fonds européens, de dispositifs et de paperasse. A la Brazil. Mais qu'à cela ne tienne : on s'y met, on décortique des dossiers parfois très techniques, et s'il le faut je me fais éclairer certains points par les acteurs sur le terrain. Depuis le début du mandat, un petit groupe s'est constitué dans les réseaux de (...)

Lire la suite

mardi 9 mai 2017

Réflexions post-présidentielle (La sourde inquiétude que la politique soit devenue une gigantesque réserve de trolls)

coqdefeu.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 8 mai 2017 Le vieux monde se meurt, mais le matin neuf n’est pas encore levé Aviez-vous déjà noté que la vergogne, cette forme de pudeur et de retenue vaguement craintive est un nom féminin, quand le scrupule, originellement ce petit caillou pointu qui empêche d'avancer sereinement, est masculin ? Et surtout, aviez-vous remarqué que cette notion de vergogne n'existe plus de nos jours que dans sa locution contraire, « sans vergogne »... Cet entre-deux tours a été particulièrement violent et haineux. Il a confirmé la disparition progressive de l'empathie, (...)

Lire la suite

vendredi 28 avril 2017

Accueillir son Tigre, le prendre dans ses bras, et le ramener au sommet. (Chronique Reporterre)

arton12087-2438b.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 22 avril Petit conte publié samedi dernier sur Reporterre, qui depuis ce premier tour prend un relief particulier. Différent. Mais peut-être encore plus aiguisé... Belle lecture.    J’ai découvert hier que j’étais Buffle d’eau selon le zodiaque chinois. J’aime cette image qui m’évoque des paysages de rizières, la fluidité, la puissance et une certaine forme de patience heureuse et apaisée. Mais le symbole qui a le plus aiguisé ma curiosité ces derniers temps est le Tigre de la montagne. Je l’ai redécouvert et exploré à travers le fabuleux Tyger, d’Emily (...)

Lire la suite

dimanche 16 avril 2017

Le climat, un combat pour la paix (Mémoire des Luttes)

IMG_8939.JPG

Climat, international, migrations forcées, conflits armés... : ces questions sont intimement liées, et la question de l'accès aux ressources naturelles devient un enjeu géostratégique de plus en plus critique, au fur et à mesure que le climat se dérègle et que ces ressources s'épuisent. C'est le message de solidarité internationale et empreint d'écosocialisme, sur la base de la règle verte et du protectionnisme solidaire, que j'ai porté à la 3e conférence euro-méditerranéenne à Benalmadena en Espagne. J'y avais réalisé cette petite vidéo : (Voir aussi celle de ma camarade Sarah Legrain ici) Et (...)

Lire la suite

mercredi 12 avril 2017

Montez le son ! Onzième compte-rendu de mandat radiophonique sur RDWA (podcast)

rdwa.jpg

A la suite de la commission permanente de la région Auvergne-Rhône-Alpes du 27 mars 2017, nous commentons les points suivants : - Le lancement de la marque "La Région du Goût" - Sécurité et Clause Molière : vidéosurveillance, brigade régionale TER et contrôle du travailleur étranger - Rapport Montagne, quand la justice s'en mêle les manœuvres sont de mises... - Qualité de l'air dans la vallée de l'Arve et mobilisation ferroutage - "Vent d'Assos" contre la politique de Wauquiez - Arrêt de subvention au PNR des Bauges, coupure du financement GRETA Viva5 de Die Et je vous (...)

Lire la suite

samedi 11 mars 2017

Réanimer la démocratie (Débat Mediapart)

IMG_8401.PNG

Voici le lien vers le débat sur Mediapart auquel je participais ce jeudi sur le thème "Réanimer la démocratie". Malheureusement les deux représentants lyonnais de LR et d'Emmanuel Macron nous ont fait faux bond au dernier moment, et nous avons donc finalement discuté avec Nathalie Perrin Gilbert avec les deux constitutionnalistes qui étaient sur le plateau du premier débat. Cela a donc beaucoup tourné autour de la question institutionnelle, qui - si elle est importante - ne doit pas faire oublier que tous ces outils de participation citoyenne ne servent pas à grand chose hélas si les (...)

Lire la suite

vendredi 10 mars 2017

Campagne présidentielle : où agir / l'unité de la gauche (Chronique Reporterre)

arton11752-0ac80.jpg

Chronique publiée sur Reporterre en deux temps, le 7 mars et le 8 mars 2017   1. L’unité de la gauche ne peut se faire que sur des principes forts On m’a fait remarquer que mes chroniques se faisaient de plus en plus poétiques et contemplatives, empreinte de nature et de paysages, de moins en moins « politiques ». C’est vrai, je l’admets. Et franchement, j’aurais préféré continuer, tant en ce moment mes merveilleux insignifiants m’aident à respirer. Mais avec l’allocution de François Fillon, ce 1er mars, convoqué en vue d’une mise en examen et qui se maintient, l’atmosphère irrespirable de (...)

Lire la suite

mercredi 22 février 2017

Montez le son ! Dixième compte-rendu de mandat radiophonique sur RDWA (podcast)

11180206-18574042.jpg

De retour pour une nouvelle année sur RDWA avec le "compte-rendu de mandat radiophonique" qui fait suite aux assemblées plénières de la région Auvergne-Rhône-Alpes - La dernière s'est tenue le 9 février 2017. Nous commentons les points suivants : - Les manifestations à répétition devant (et même dedans ?!) l'hôtel de région - Le "tout routier" face au TER - Le plan "montagne/neige/ski/canon" et l'affaire Chabert - Les travailleurs détachés, les migrants, les délinquants solidaires et la fachosphère sur les réseaux sociaux - Le SRESRI Puis nous évoquons mes (...)

Lire la suite

lundi 30 janvier 2017

Moitessier, Hamon, Mélenchon, Roc d'Enfer, écosocialisme et FNSEA : un Dimanche en Politique dense sur France 3 !

IMG_7611.PNG

Voici le "replay" de l'émission Dimanche en politique dont j'étais l'invitée sur France 3 Rhône-Alpes. Du mythe Moitessier au Roc d'Enfer, en passant par Benoit Hamon, La France Insoumise et la campagne Jlm2017, mais aussi par un débat fort intéressant sur l'agriculture biologique et la politique menée par Laurent Wauquiez à la Région, dont je vous ai déjà abondamment parlé... C'était cette fois face à un représentant de la FNSEA. Voir le papier spécial consacré à ce sujet avec un extrait vidéo : "le plaidoyer bio de Corinne Morel Darleux" Tout le détail du contenu de cette (...)

Lire la suite

- page 1 de 72

Haut de page