vendredi 19 octobre 2018

A ceux qui pensent encore que le climat est un truc d’écolos bobos urbains

lac_annecy_frapna.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 16 octobre 2018 : "Le changement climatique interpelle les citoyens, mais pas les dirigeants de Rhône-Alpes"

On entend beaucoup parler, en cette rentrée, de prise de conscience climatique. Que la démission de Nicolas Hulot a provoqué un sursaut, que le rapport du GIEC ouvre les yeux... Ce n’est sans doute pas faux. Mais de manière plus perceptible, sorti des réseaux militants et des cercles informés, ce qui ébranle davantage que les petits tours des ministères ou les arcanes bien mystérieuses des organismes internationaux, c’est la confrontation au réel. Le fait d’appréhender par ses sens, de voir et toucher ce que le cerveau intuite sans en être percuté. C’est toute la différence entre être informé ou affecté.

C’est aussi la différence entre ce qui se passe loin, dans la géographie et dans le temps, que ce soit les inondations au Pakistan, la fonte de la banquise ou les échéances de fin de siècle, et ce qui vous atterrit directement dans les mains ou sur le dos là, tout près, dans l’intime et le présent. Qu’un pan de montagne s’écroule, comme ça a encore été le cas récemment avec la Vire du Trident dans le massif du Mont Blanc, et tout d’un coup c’est votre paysage qui disparaît, votre dernière balade en montagne qui s’en trouve rétrospectivement chamboulée. Le lien entre ces éboulements (on parle d’écroulement au-delà de 100 m3) de plus en plus fréquents et la fonte du permafrost, qui sert de ciment aux géants de roche, est aujourd’hui avéré. Et il est nettement plus palpable qu’un graphique. 

Dans ce registre, ce qui a probablement provoqué le plus d’émoi dans la Région en ce début d’automne est sans doute l’assèchement spectaculaire du Lac d’Annecy. Un lac alimenté par des sources de montagne qui sert de repère, tout à la fois lieu de plaisance, de baignade, repos du regard et petit écosystème entre pression foncière et préservation du littoral montagnard. Alors que le lac était placé au premier stade de vigilance pour les crues cet hiver après des pluies importantes, son niveau est aujourd’hui tombé plus bas que durant la canicule de 2003, plus bas en fait que ce qu’on a jamais vu - et c’est un effet curieux qui vous glisse dans le dos que de voir le fond du lac mis à nu… A tel point que l’usage de l’eau a été restreint et la région d'Annecy placée en situation d'alerte renforcée. Le Lac du Bourget où je me baignais cet été en rêvant d’y croiser les dauphins du fleuve Yangtsé, aussi. 

Il y a quelques jours, alors que je voyais défiler ces alertes et en mesurais l’émotion à travers le nombre d’articles dans la presse, les conversations de café, les « j’aime » des réseaux sociaux ou les messages d’amis, se tenaient les commissions thématiques dans la région présidée par Laurent Wauquiez. Et même là, les choses commencent à bouger. Oh tout doux, de manière mal assurée, mais même notre exemplaire le plus climato-sceptique, Gilles Chabert de la commission Montagne, commence à trouver des circonvolutions pour reconnaître que « là quand même oui, il y a… peut-être, euh… un petit problème… un peu ». C’est que la neige, moteur qu’on croyait éternel des stations de ski, commence à se faire rare, et les scientifiques, météorologues et guides de haute montagne à sonner l’alerte, se font de plus en plus nombreux. Même en commission Agriculture, le comité régional des viticulteurs semble embêté. Et le vin chez nous ce n’est pas rien : on parle là de Côtes du Rhône, de Beaujolais, de Tain l’Hermitage... Le représentant du comité, reçu en audition, semblait intarissable sur le sujet : la sécheresse jusqu’ici n’affectait pas trop les vignes, moins vulnérables, mais là, nous dit-il : ils sont surpris. Il avance le chiffre de +350 % d’aléas climatiques en dix ans, une accélération en nombre et en intensité, à des périodes de l’année de plus en plus imprévisibles. Côté arboriculteurs, ce n’est pas mieux : les épisodes de gel ravagent, tous les 5 ans, jusqu’à la moitié des récoltes. Pour la grêle, la calamité peut monter à 80 % de pertes. Bref, ça devient concret.

Quand les blés sont sous la grêle 
Fou qui fait le délicat 
Fou qui songe à ses querelles 
Au coeur du commun combat.
Louis Aragon, La Rose et le Réséda (1943)

Arrivée à ce point de ma chronique, j’adorerais vous dire que du coup ça a provoqué des discussions enflammées sur la manière de faire face en tant que collectivité, d’aider les agriculteurs à diversifier leurs cultures et à privilégier les moins gourmandes en eau, les plus résistantes et adaptées à un climat de plus en plus mouvant. J’aimerais tant écrire que les yeux se sont grand ouverts autour de la table et que l’exécutif a soudain réalisé que financer des canons à neige précipitait les stations dans de futurs déficits abyssaux. Que la dernière salve de subventions a été immédiatement transférée sur les programmes de tourisme estival, et la politique du tout-ski dans nos montagnes remisée. J’aurais naturellement voulu vous dire que le projet de nouvelle autoroute A45 entre Lyon et Saint Étienne a été abandonnée, le Lyon-Turin remplacé au profit d’un report immédiat des camions sur les rails de la ligne existante, les trains de l’Étoile de Veynes assurés de rouler pour les décennies qui viennent, un grand programme de rénovation thermique lancé, que les crédits affectés au développement de la résilience ont été doublés, et les subventions de santé environnement rétablies.

Las. L’effet d’inertie du système et les blocages idéologiques sont plus puissants que les montagnes qui s’effondrent et les lacs qui s’assèchent, plus puissants que le rapport du Giec et les milliers de personnes réunies dans les marches pour le climat ou à Alternatiba. Pour l’instant. 

Et la croyance dans la technique semble inépuisable. Et c’est ainsi que les « solutions » qui ont été discutées en commission Montagne c’est le remplacement des anciens canons à neige par de nouveaux, moins énergivores, donc plus «verts». Et j’ai eu beau expliquer la gabegie d’énergie grise provoquée par le fait de produire ces canons tout neufs pour remplacer les anciens, au-delà de leur consommation quand ils fonctionnent, rien n’y a fait. Autre trouvaille, l’équipement de GPS sur les engins des stations pour sonder le manteau neigeux et déterminer où il faut aller cracher la neige artificielle, au mètre cube près. Là aussi un dispositif moderne en diable, présenté tout fièrement comme une rationalisation qui permet des économies d’énergie et d’eau. Le coût en ressources de tels équipements semble purement et simplement ne pas exister. Et évidemment tout cela ne dit pas ce qu’on fera de ces enneigeurs quand la pression sur l’eau sera trop forte : les restrictions d’eau autour du Lac d’Annecy conduiront-elles à l’arrêt des canons à neige ? Et que ferons-nous quand la température sera trop élevée pour les faire fonctionner ? Côté agriculture, même constat : au lieu de s’attaquer aux causes du dérèglement climatique, au lieu de trouver des stratégies d’adaptation, on effleure la surface en agissant à la marge sur les premiers impacts, au risque parfois d’aggraver le mal. Ainsi de l’iodure d’argent utilisé pour contrer la grêle, dont on ne connaît pas le niveau de toxicité notamment en cas d’accumulation dans les sols. Ou encore des canons anti-grêle, qui envoient des ondes de choc telles qu’elles peuvent briser les grêlons… Et les oreilles des voisins, à 130 décibels - soit l’équivalent d’une sirène de pompier, alors que la limite autorisée est fixée à 65 décibels, et à haute dose : 4.700 tirs en une année pour le seul village de Mercurol dans la Drôme. Tout ça génère une élévation considérable du niveau de tensions entre habitants naturellement, ce qui est aussi un des risques afférents à la pénurie d’eau et aux aléas climatiques qui vont se multiplier. Ce n’était sans doute pas nécessaire d’y rajouter le bruit des canons.

Dans ma vallée, le matin au café, au marché, à la sortie du lycée ou chez les commerçants, avec les artisans, les montagnards, les paysans, les anciens, les chasseurs, les parents tout simplement, on sent monter une inquiétude. Ici la plupart des gens ne lisent pas les tribunes militantes ou les appels d’intellectuels, ouvrent peu les journaux nationaux. Mais une vire qui s’éboule, une rivière à sec, un changement dans la population de sangliers ou des cervidés qui viennent s’alimenter dans les vergers, le vent qui souffle comme jamais, l’invasion cauchemardesque des pyrales, la date des vendanges qui n’en finit plus de changer, tout ça parle. Et quand un autocariste m’explique que la Région a envoyé balader ses arguments de véhicules moins polluants pour le transport scolaire en zone rurale pour privilégier le « mieux disant » en matière de coût, ça choque. Il n’est pas complètement impossible qu’on soit en train d’arriver à un point de bascule : ceux qui pensent encore que le climat est un truc d’écolos bobos urbains feraient bien d’y songer. 

Photo du Lac d'Annecy : Frapna Haute Savoie

mardi 16 octobre 2018

Le retour du scorbut, et autres réflexions sur la précarité, le climat et la malnutrition

caddie_.jpg

Le scorbut ?! Eh oui, je sais ça m'a fait le même effet... On le croyait disparu depuis l’arrivée des vitamines de synthèse, la maladie du 18e siècle et des marins au long cours, fait son retour. Aux États-Unis, en Australie, et en France où un cas a été détecté à Dieppe dès 2011 et une dizaine de cas identifiés entre 2014 et 2015 par des médecins du CHU de Limoges. Ce ne sont que quelques cas, mais qui en disent long sur notre alimentation, et sur les rapports entre précarité et santé. Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus d’un tiers des adultes est en surpoids ou obésité. En (...)

Lire la suite

lundi 15 octobre 2018

Sur les ondes citoyennes : ce qui se trafique à la Région, en coulisse et sur scène

cmd_session_oct.jpg

Comme après chaque session régionale, direction les studios de RDWA pour faire passer sur les ondes citoyennes ce qui se trafique à la Région, en coulisse et sur scène.  Au menu de la dernière assemblée plénière des 11 et 12 octobre 2018, nous avons notamment eu matière à débattre sur :  - l'Étoile de Veynes, avec un vœu pour le ferroviaire adopté ! - le lanceur d'alerte REMERA (Registre des Malformations en Rhône-Alpes), aujourd'hui menacé  - le "rapport développement durable" : l'écologie selon M Wauquiez, seulement quelques petits encadrés... - la situation dramatique de l'ONF et (...)

Lire la suite

mercredi 10 octobre 2018

★ Appel à aller sauver chaque dixième de degré ★

risque_d_effondrement.jpg

À propos du GIEC, des dangers de tout miser sur l'objectif de +1.5C, de lucidité en politique et des "apôtres de l'apocalypse", de convergence et de "commun combat"... Voici l'édito que j'ai rédigé ce 10 octobre 2018 pour la lettre du PG. ALLER SAUVER CHAQUE DIXIÈME DE DEGRÉ Le nouveau rapport du GIEC, commandé à l’occasion de la Cop21, est donc sorti ce lundi. On y apprend que le seuil de « +1,5°C », considéré comme un point de bascule à ne pas dépasser, le sera dès 2030 au rythme actuel. Dans douze ans. Le GIEC nous dit également qu’il peut encore être évité – en (...)

Lire la suite

mercredi 3 octobre 2018

Retour sur le mouvement climat à quelques jours d'Alternatiba 2018

Les villages Alternatiba ont 5 ans, soit à peu de choses près le temps qu'il nous resterait pour "tenter l'impossible pour éviter l'impensable" en matière de climat et d'effondrement. L'occasion de revenir sur l'histoire récente du mouvement pour le climat et la justice sociale, depuis le sommet de Copenhague en 2009 jusqu'à ce week-end à Bayonne où se tiendra l'édition Alternatiba 2018. La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux sur Là-bas si j'y suis : "Tous Alternatiba !" Les samedi 6 et dimanche 7 octobre, le village des alternatives Alternatiba fête les 5 ans (...)

Lire la suite

samedi 29 septembre 2018

Rio Doce : stop à l'impunité !

Facebook_Post_Justice_For_Krenak__1_.png

La Fondation France Libertés vient de lancer une campagne pour que les responsables du déversement, il y a trois ans, de déchets miniers dans le fleuve Rio Doce au Brésil soient jugés. En soutien et pour accompagner le lancement de cet appel, nous avons rédigé cette tribune avec ma camarade du Parti de Gauche Florence Poznanski, qui vit et milite au Brésil. Elle a été publiée le 27 septembre sur Bastamag. Crime de Mariana : justice pour le peuple Krenak et pour un million de personnes sinistrées PAR CORINNE MOREL-DARLEUX, FLORENCE POZNANSKI 27 SEPTEMBRE 2018 Le 5 novembre 2015, un barrage de (...)

Lire la suite

vendredi 28 septembre 2018

#Podcast d'élue : Nouveau compte-rendu de mandat radiophonique sur RDWA

IMG_20180907_134745_722.jpg

Comme je le fais après chaque session de votes à la Région, voici mon nouveau compte-rendu de mandat radiophonique sur les ondes de RDWA, la radio indépendante du Diois. Au menu de ces 54 minutes :  - La rentrée des classes très "privée" de Laurent Wauquiez (et la situation au lycée de Die, avec un seul Infirmier scolaire - pétition à signer et relayer)  - Un nouveau prêt à taux zéro pour l'installation agricole, à suivre  - Quelques illustrations frappantes : La santé ou les panneaux ? Des sorties pédagogiques ou un congrès ? Et toujours la chasse et l'enneigement artificiel... - (...)

Lire la suite

mercredi 26 septembre 2018

Comment ?

VireTridentDL.jpg

Je ne sais plus comment il faut le dire, ce qu'il faut faire pour alerter. Une nouvelle vire vient de céder dans le massif du Mont Blanc.  Les montagnes s'écroulent, le lac d'Annecy se vide de manière alarmante, le Pic du Midi n'a pas gelé depuis 100 jours. C'est du jamais vu. Et ça se passe ici, en ce moment. Le réchauffement climatique n'est pas pour 2050 ni même 2020. C'est maintenant. Faut-il le mettre en majuscules ? Le hurler ? C'EST MAINTENANT ! En deux ans j'ai utilisé tous les moyens dont je disposais, donné je ne sais combien de conférences publiques, enregistré deux chroniques chez (...)

Lire la suite

Dernière ligne droite pour Bayonne !

alternatiba_2018.jpg

Je vous en parlais il y a un mois, ça se rapproche : le rassemblement Alternatiba c'est les 6 et 7 octobre à Bayonne. L'objectif : passer de la prise de conscience à l'organisation collective. Le mot d'ordre : "Le temps de l'espoir et de l'action". Les organisateurs veulent faire un temps fort, un électrochoc. Nous aussi. Si c'est encore possible, c'est maintenant que ça se joue. Il faut dire que cinq ans après le tout premier village des alternatives à Bayonne, Alternatiba 2018 arrive à un moment crucial. Après l'été caniculaire en Europe et la multiplication des aléas climatiques (...)

Lire la suite

lundi 24 septembre 2018

#MakeRojavaGreenAgain : Passage aux actes

commune_boutures.JPG

Publié le 20 septembre sur le Club de Mediapart  A quelques kilomètres de Kobane, en Syrie du Nord, la Internationalist Commune of Rojava prépare un plan ambitieux. Je les avais rencontrés en avril dernier, depuis nous sommes restés en contact. Aujourd'hui leur projet arrive dans une phase qui doit tous nous intéresser. De jeunes plants, une serre, un potager et une pépinière : on oublierait presque qu'on est en Syrie... Et pourtant, nous sommes tout près de la frontière avec l'Irak et la Turquie, à la commune internationaliste du Rojava qui s'est fixé l'objectif ambitieux de planter 2.000 (...)

Lire la suite

dimanche 23 septembre 2018

Magie des traités de libre échange : pollués payez !

Chevron-main.jpg

Il y a 7 ans, le géant pétrolier Chevron, qui a racheté Texaco en 2001, avait été condamné à verser plus de 8 milliards de dollars, après 17 ans de litiges engagés par des communautés indigènes de l'amazonie équatorienne. Depuis 1964, Texaco rejetait les eaux de formation à la surface, parsemant la forêt de centaines de mares toxiques, sans aucun filtre ni système d'imperméabilisation, polluant les rivières de plomb et autres métaux lourds. Si ce montant n'était pas à la hauteur du préjudice estimé par certains experts, il constituait toutefois une victoire historique puisqu'il était largement (...)

Lire la suite

samedi 22 septembre 2018

Collapsologie et écosocialisme, suite (vidéo)

GrenobleSeminaire.png

Je vous avais déjà parlé du séminaire sur l'effondrement qui a eu lieu à Grenoble fin aout, où j'étais intervenue sur la dignité du présent, voici la suite, avec la deuxième partie du séminaire consacrée aux alternatives systémiques, où je reviens en une dizaine de minutes sur le fromage et dessert de l'urgence et de l'anticipation, sur l'importance d'aller toucher au coeur et aux tripes et pas uniquement à l'intellect, sur la vraie question qui nous est posée face à l'hypothèse de l'effondrement (on est les deux pieds dedans), sur l'intérêt de se munir d'une bonne boussole qui mêle social et (...)

Lire la suite

vendredi 21 septembre 2018

Pistes politiques pour une rentrée de résistance

graffiti_diois.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 18 septembre 2018 : "Après un été ressourçant, notre chroniqueuse a préparé la rentrée politique avec son groupe d’opposition du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes. Deux axes se sont dessinés : le capitalisme est incompatible avec l’écologie ; la prise en compte de l’hypothèse de l’effondrement est une responsabilité que les élus ont vis-à-vis des populations." Diable que cet été fut apaisant et fécond ! La canicule nous obligeant à partir matinalement en montagne tant qu’il y faisait encore frais, le reste des journées était libre pour (...)

Lire la suite

mercredi 19 septembre 2018

De l'écosocialisme et de l'effondrement, au Luxembourg (vidéo)

Voici la vidéo (40') de mon intervention du 8 septembre au Luxembourg où j'étais invitée par nos camarades de déi Lénk sur l'écosocialisme comme projet politique, et plus généralement sur les grands enjeux de l'effondrement en cours ou à venir, ainsi que la manière dont cela doit percuter les militants que nous sommes, notamment dans nos pratiques politiques et nos liens avec scientifiques, artistes et intellectuels pour sortir du huis-clos des convictions trop ancrées... (...)

Lire la suite

jeudi 13 septembre 2018

"Devenir le premier et le plus puissant lobby du pays" (Tribune dans Le monde)

Real_Power_is_People.jpg

Une tribune a été publiée il y a quelques jours dans Le Monde, rédigée par Sarah Kilani (Médecin hospitalier), Nicolas Gonzales (Professeur de sciences économiques et sociales) et Pablo Servigne (Ingénieur agronome et chercheur), tribune que les auteurs m'avaient invitée à lire et à appuyer. Je les en remercie et détaille ici les raisons de cet appui. Si j'ai accepté avec plaisir, même si je l'aurais parfois rédigé différemment, c'est justement parce qu'avec d'autres mots ce texte pointe lui aussi l'incurie des pouvoirs politiques en place et affirme sans ambages que “la voie de la négociation (...)

Lire la suite

mercredi 12 septembre 2018

Ode à la Ferrandaise et appel à soutien

Ferrandaises.jpg

La Ferrandaise, pour moi, c'est l'histoire d'un attachement particulier qui a débuté en 2014 dans une ferme du Puy de Dôme. Est-ce parce qu'il faisait si froid dehors, parce que la grange elle était chaude, est-ce l'accueil fraternel du paysan, le regard gentiment bovin des animaux, parce qu'un chat ronronnait sur une botte de paille ou parce que les veaux dormaient debout ? J'ai eu le coup de foudre pour cette vache auvergnate, rustique et tout-terrain, si loin des standards de l'industrie agro-alimentaire et des vaches à viandes, vaches à lait, vaches à veaux, vaches à concours, monstrueuses (...)

Lire la suite

mercredi 5 septembre 2018

Peau d'âne en Afrique, un mauvais conte chinois

donkey_kenya.jpg

On savait déjà que la Chine achète beaucoup de choses en Afrique : pétrole angolais ou nigérian, cuivre ou cobalt congolais, uranium namibien, bauxite guinéenne, métaux rares de toutes sortes et bois précieux, mais aussi des terres agricoles, et elle commence même à délocaliser ses ateliers de textile, en Ethiopie par exemple. C'est qu'en Chine le salaire horaire a triplé en 10 ans, rendant la main d'oeuvre encore trop chère pour l'appétit inextinguible des actionnaires, et l’émergence de classes moyennes aisées a d’autres conséquences inattendues. C’est ainsi que depuis une dizaine d’années, (...)

Lire la suite

mardi 4 septembre 2018

Le travail de développement à l'international de l'écosocialisme se poursuit !

visuel_livre_manifeste.jpg

J'ai été invitée dans cet objectif par nos camarades de Déi Lénk à leur Université d'été qui se tiendra ce samedi au Luxembourg. Ce sera l'occasion, après un exposé introductif sur notre Manifeste et les 18 thèses pour l'écosocialisme, de travailler en ateliers sur six thèmes identifiés par les organisateurs : nos trois revendications les plus importantes, le renchérissement de l'énergie, la souveraineté alimentaire, les alternatives mises en avant par les libéraux, l'écosocialisme en Europe et la planification écologique. J'aurai ensuite une heure pour réagir au nom du Parti de Gauche​ et (...)

Lire la suite

lundi 3 septembre 2018

Dignité du présent : des Racines du Ciel au Titanic

Fin août a eu lieu à Grenoble l'université solidaire et rebelle des mouvements sociaux. J'y participais à un séminaire sur l'effondrement en compagnie de Pablo Servigne, Nico Haeringer, Geneviève Azam, Christophe Bonneuil, Antoine Back et Jade Lindgaard. Des débats très riches, sincères et envolés, au cours desquels j'ai été très agréablement surprise de constater l'appétit et la grande disponibilité d'esprit d'un amphi archi-bondé pour les questions relatives à la collapsologie et aux débats qu'elle provoque. La première partie de ce séminaire, avant de passer aux alternatives systémiques (...)

Lire la suite

jeudi 30 août 2018

Bayonne, An 01 ?

LAn01.jpg

Je ne sais pas vous mais cette rentrée me semble particulière... En fait je la pressens déterminante, sans avoir précisément sur quoi elle débouchera. C'est encore difficile à formuler correctement, mais il flotte comme un double sentiment d'urgence et de frémissement. Un faisceau d'indices qui crée une ambiance différente, plus sincère peut-être, plus ardente. Plus confuse, mais aussi plus ouverte à l'inattendu. Comme si on commençait à basculer dans un après encore indéfini. Bref, tout cela ne relève peut-être que d'une vue personnelle, c'est encore difficile à analyser plus finement, mais (...)

Lire la suite

- page 1 de 77

Haut de page